Shimon Peres (Vichneva, en Pologne, aujourd’hui en Biélorussie, 1923)

Introduction
Haut fonctionnaire durant plus de dix ans, ministre pendant plus de vingt ans, Premier ministre à deux reprises, prix Nobel de la paix, S. Peres est une figure marquante de la vie politique israélienne depuis un demi-siècle. Pourtant, cet homme bénéficiant d’une formidable stature internationale a longtemps souffert en Israël d’une image négative qui a pesé sur sa carrière. 

Un pionnier au service de son pays
Né en 1923 dans un petit village de Russie blanche – alors polonaise –, le jeune Perski immigre en Palestine à l’âge de 11 ans, avec ses parents convaincus qu’il n’y a pas d’avenir dans une Pologne gagnée par l’antisémitisme. Passer de Vichneva à Tel-Aviv représentait, comme il l’écrit dans ses Mémoires, un changement de monde. S. Peres – nom hébraïque qu’il adoptera – y découvre la liberté, dans une ambiance méditerranéenne fébrile. La communauté juive de Palestine est en effet engagée dans l’ambitieuse construction d’un foyer national et S. Peres entend bien participer pleinement à cette entreprise. Il est très vite actif dans un mouvement de jeunesse proche de la gauche sioniste dont l’objectif essentiel est de créer de nouveaux
kibboutz. Tout naturellement, après des études à l’école agricole de Ben Shemen, il participe à la fondation d’un kibboutz près du lac de Tibériade où il s’occupe du bétail. Les responsables du parti travailliste repèrent ce jeune homme doté de réelles capacités d’organisation et le font travailler à temps plein pour le mouvement de jeunesse. À vingt ans il commence à fréquenter les cercles du pouvoir et les hommes qui comptent, Berl Katznelson, Lévi Eshkol et surtout David Ben Gourion, duquel il demeurera très proche jusqu’à sa disparition.

(suite…)

SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MaYaK se construit
| mémoires
| Ecole de Saint-Rabier