Avraham Ytzhak Cohen Kook (Lettonie, 1865 – Jérusalem, 1935)

Le Rav Kook, penseur et savant éminent, grand rabbin de la communauté ashkénaze de Palestine, Avraham Yitzhak Cohen Kook est l’une des figures les plus marquantes de la Palestine sous mandat britannique.

Chef spirituel des sionistes orthodoxes, sa personnalité lui a valu le respect des milieux religieux et non religieux. Il continue à inspirer aujourd’hui le mouvement sioniste religieux.

Après avoir terminé ses études dans la célèbre Yeshiva de Volozhin, Avraham Ytzhak Cohen Kook est nommé rabbin de la communauté de Zemel, puis de celle de Baousk, en Lettonie. Il accepte ensuite le poste de grand rabbin de la communauté de Jaffa et des localités juives en Palestine.

La Première Guerre mondiale le surprend en Allemagne où il assiste à la conférence inaugurale de l’Organisation Agoudath-Israel. Invité par la suite à se rendre à Londres comme rabbin de la communauté Ma’hzikei Hadath (« Gardiens de la Foi »), Kook prend une part active aux pourparlers qui aboutissent à la Déclaration Balfour en novembre 1917.

A la fin de la Première Guerre mondiale, il accepte le poste de rabbin de la communauté des Ashkénazes de Jérusalem, et en 1921, il est nommé grand rabbin des communautés ashkénazes de toute la Palestine et président du Beth-Din.

Le grand rabbin Kook sait alors gagner l’admiration de toute la population juive du pays.

Seule la fraction ultra-orthodoxe le combat avec violence, affirmant que l’on ne peut admettre aucune collaboration avec un « libre-penseur ». Au contraire, les sympathies du rav Kook vont à la doctrine nationale-religieuse du sionisme, qui veut que les Juifs orthodoxes contribuent à la construction d’une Palestine juive et y établissent un puissant centre religieux. Dans les jugements qu’il rend en sa qualité de président du Beth-Dîn, le rav Kook fait preuve de compréhension à l’égard de la nécessité de l’établissement de l’Etat d’Israël.

Sa conception religieuse est teintée du mysticisme des kabbalistes. Son oeuvre d’érudition est considérable et comprend des livres sur des sujets religieux et philosophiques, ainsi que sur certains aspects pratiques de l’observance religieuse.

Sa personnalité continue à influencer le Yishouv après son décès à Jérusalem en 1935.

Source: Department for Jewish Zionist Education.

http://www.jafi.org.il/education/french/100/portrait/kook.html



Laisser un commentaire

SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MaYaK se construit
| mémoires
| Ecole de Saint-Rabier