Le schnorer

Schnorer : pauvre qui quémande de foyer en foyer et qui permet à ceux qui le nourrissent de faire une bonne action. Cette histoire apparaît en Contes yiddish de Chelm à Varsovie, édition Neuf, 2000.

Schnorer est un metier meme si c’est avant un mendiant. Il a le role dans la societe juive de permettre aux autres remplir la mitsvah de la tsedaka.

Yankel, un schnorer, se réchauffe dans l’auberge de Haïm, un riche avare qui a bien voulu lui permettre de s’asseoir à côté de la cheminée mais qui n’a aucune intention de lui donner à manger. Le parfum du yokh est si bon… si intense et Yankel a si faim qu’il ne peut se retenir de demander à Haïm si… Mais l’aubergiste joue au malin : « Non, ce n’est pas du yokh qui cuit, là… c’est une marmite avec quelques chemises ». Et alors Yankel fait la seul chose qu’un pauvre, marqué par un fatalisme et un persiflage millénaires, puisse faire : « Il enleva sa chemise […] et, devant Haïm médusé, il la jeta dans le yokh fumant et parfumé. »



Le révisionisme

Jabotinsky publie son célèbre article : La « Muraille d’acier » dans laquelle est exprimée l’essentiel de la doctrine révisionniste en matière de gestion du « problème » arabe. Son regard est éminemment réaliste. Aucune illusion n’est entretenue sur la possibilité de parvenir à un accord avec les Arabes :
« Les Arabes de Palestine n’accepteront jamais la transformation de la Palestine arabe en un pays à majorité juive ».

(suite…)



Les débuts du Sionisme socialiste

  Des Olim de Russie fondent en Eretz Israël du Hapo’el Hatzaïr (Le Jeune Ouvrier), le premier parti socialiste sioniste. La lutte des classes est délaissée à la faveur du socialisme agricole, moyen de libération de l’homme. Inspirés des idées de Tolstoï, le Hapo’el Hatzaïr trouve un véritable maître à penser dans Aharon David Gordon (1856-1922).
Né en Russie, A.D Gordon est très tôt un membre du mouvement Hibbat Sion. Il fait son Aliyah en 1904. Il vit à Petah Tikva et à Rishon LeSion avant de s’installer en Galilée en 1919. Il vivra alors dans le kibboutz Degania, où il mourra en 1922.

(suite…)



Sionisme politique versus Sionisme pragmatique

1897 à 1904


  Sous la présidence d’Herzl, le mouvement sioniste est caractérisé par la domination des politiques sur les pragmatiques, deux tendances qui ont profondément marqué les premières décennies du sionisme sur la stratégie à suivre :

(suite…)



La déclaration Balfour du 02/11/1917

  Publication de la déclaration Balfour, sous la forme d’une lettre adressée par le secrétaire aux colonies, à Lord Rothschild, chef de la communauté juive anglaise.

  Cher Lord Rothschild,
J’ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l’adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui.
« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non-juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays. »
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour



Avant Hertzel

  Joseph Nassi est parmi les courtisans proches de Soleman 1er le magnifique. Il le pousse à choisir Selim comme héritier du trône au détriment de son autre fils, Bayazid. Proche de Selim, il est promu par celui-ci membre de la garde royale, après sa victoire sur son frère. Soleman, quant à lui, offre à Joseph Nassi la ville de Tibériade en Galilée avec de nombreuses terres cultivables, pour en faire un domaine destiné exclusivement à l’immigration des Juifs. Il pense alors réaliser son projet en implantant à Tibériade la culture de vers à soie, produit précieux et demandé dans toute l’Europe. Il met également en place la logistique afin d’amener d’Italie les Juifs convertis de force au christianisme.

(suite…)



Audit sur le sérieux et l’objectivité de l’information en France pendant le récent conflit entre l’État d’Israël et le Hamas

Reporters Sans ŒIllèresOuvrage réalisé par un collectif de journalistes à la requête des associations :

- Avocats Sans Frontières
- Ligue Internationale Contre La Désinformation
- France-Israël
- Desinfos.com
- Objectif Information.

Nous assistons à un « viol des foules par la propagande » dont les mécanismes ont été décrits depuis longtemps par Tchakotine.

« L’action psychologique et la désinformation sont des armes visibles de la tentative de délégitimation de l’État d’Israël, guerre menée non seulement par les ennemis d’Israël mais encore par les destructeurs de la démocratie et des valeurs fondamentales de la civilisation en ce qu’elle a d’universel.

Nous avons, en sollicitant un collectif de journalistes français, souhaité vous présenter un audit de la situation au regard de l’utilisation par la propagande de certains organes de presse. »

(suite…)



Chronologie du sionisme (de 1881 à 1950)

1881-82

Les pogroms en Russie font des ravages dans les communautés juives.

Dans son livre Auto émancipation, Léon Pinsker défend l’idée de la création d’un Etat juif. Début de la Première aliya (immigration): des Juifs venus du Yémen, de Russie et de Roumanie vonts’installer en Palestine.

1883-84

Le Baron Edmond de Rothschild soutient financièrement les localités juives de Palestine.

Fondation du mouvement des Hovevei Tsion (Amants de Sion) à Kattowicz en Pologne.

1890-91

Arrivée d’une grande vague d’aliya en provenance de Russie.

1894-96

Procès à Paris du Capitaine Alfred Dreyfus, injustement accusé d’espionnage. Théodore Herzl assiste à la cérémonie de sa dégradation, ce qui attire son attention sur le problème de l’antisémitisme. Il écrit Der Judenstaat, L’Etat juif, le texte fondateur du sionisme.

(suite…)



SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MaYaK se construit
| mémoires
| Ecole de Saint-Rabier