Le golem

Le golem est un être humanoïde, artificiel, fait d’argile, animé momentanément de vie par l’inscription EMET sur son front.
Dans la culture hébraïque, la première apparition du terme golem se situe dans le Livre des Psaumes : « Je n’étais qu’un golem et tes yeux m’ont vu » (139, 16)[1]. C’est alors un être inachevé, une ébauche.
Dans la kabbale, c’est une matière brute sans forme ni contours. Dans le Talmud, le golem est l’état qui précède la création d’Adam.
Selon d’autres sources, le rabbin qui l’a conçu était Le Maharal de Prague.
Son but aurait été de défendre sa communauté.
Il lui aurait donné la vie en inscrivant EMET(H)(אמת)(vérité en hébreu et un des noms de Dieu) sur son front et en introduisant dans sa bouche un parchemin sur lequel était inscrit le nom ineffable de Dieu.
Pour le tuer, il aurait fallu effacer la 1re lettre (l’aleph) car MET(H)(מת) signifie mort. Le Golem étant devenu trop grand pour que le Rabbin puisse effacer l’aleph, Rabbi Loew lui demanda de lacer ses chaussures, ce qu’il fit. Le plan fonctionna : la créature se baissa et mit son front à portée de son créateur, le Golem redevint ce qui avait servi à sa création : de la terre glaise.

Image de prévisualisation YouTube



SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MaYaK se construit
| mémoires
| Ecole de Saint-Rabier